Aya de Yopougon

Imprimer
AddThis Social Bookmark Button
Modifier la taille du texte :

aya

En 2005, paraissait le premier tome d’Aya de Yopougon : Margerite Abouet y racontait ses souvenirs d'enfance à Abidjan, en Côte d'Ivoire avec une belle préface d'Anna Gavalda.

Depuis, sous le trait fin et chaleureux de Clément Oubrerie, s'anime le quotidien de trois copines, Bintou, Adjoua, et ...Aya, bien résolue à devenir médecin, et non pas à finir en "séries C : coiffure, couture et chasse au mari". Car Aya, c'est aussi cela, une langue savoureuse émaillée d'expressions locales, et ponctuée de "Dêh" et de "Kêh". Et si Les jolies jeunes filles sont des "freshnies", et les jeunes hommes des "génitos", tous sont prêts à "décaler" (danser) quand la nuit tombe à Yopougon.

Le dessin animé, qui sort en ce moment sur les écrans, garde toute la belle vitalité de la bande dessinée ; s'y ajoutent une bande son très dansante, et quelques images télévisées des années 70 qui contribuent au charme de cette adaptation très réussie.

Une occasion rêvée pour relire les 6 volumes d'Aya de Yopougon, et pourquoi pas la série Akissi, ou d’autres titres illustrés par Clément Oubrerie.

Aya de Yopougon de Marguerite Abouet et Clément Oubrerie,
6 tomes .Gallimard.