La théorie de l'information

Imprimer
AddThis Social Bookmark Button
Modifier la taille du texte :

bellangerPar les échos qui le précèdent, La théorie de l’information fascine.
Le lecteur intrigué, puis ébahi, assiste à une reconstitution sans fautes de ce qu’il éprouve, découvre, ressent au quotidien depuis l’émergence de la société de l’information. Bidouillages sur circuits intégrés, euphorie des radios libres, premiers émois devant le minitel rose, jeux vidéos sommaires, balbutiements de l’internet, impulsions d’achat et pulsions sexuelles, films, magazines, émissions télévisées, deviennent autant d’éléments d’un vaste panorama, rédigé dans un style volontairement neutre, au centre duquel évolue un personnage romanesque, Pascal Ertanger.

Doté du prénom d’un philosophe, sosie de papier d’un patron visionnaire, ce héros, moitié pirate, moitié figure romantique, est d’emblée hors du commun : il sent venir les tendances, maitrise les alchimies commerciales, achète avec génie, revend sans pertes et s’enrichit démesurément…

Porté aux nues par les uns (on cite Houellebecq), dénigré par les autres (on cite Wikipédia), un roman dont la recherche formelle mérite le détour, qu’on parvienne, ou pas, au bout des cinq cents pages de cette épopée contemporaine.

theorie











La théorie de l’information 
Aurélien Bellanger

Gallimard 2012