Le bicentenaire de Napoléon Bonaparte - Médiathèques de Choisy-Le-Roi

 

 

Au fond, c’est un peu une histoire de chevaux. Entre l’attelage qui permit la sortie des Tuileries de Louis XVI jusqu’à ce fameux village de la Meuse où il fut arrêté, en 1791, et le retour à bride abattue, en traineau, de Napoléon, fuyant Moscou en 1812,  incendiée par sa population même, nos amis les équidés, auront ouvert et fermé – La Russie, n’était-ce pas déjà la fin ? -, à leur insu, une incroyable et extraordinaire séquence de l’histoire de France. 

Oui, car le petit Corse a été tout à la fois ; il fut Bonaparte avant que d’être Napoléon, il était révolutionnaire avant que de mettre un terme à la Révolution, Premier Consul avant que de ceindre la couronne d’Empereur. César et Néron à la fois…

Les bouleversements qu’il a provoqués à l’échelle de la France et de l’Europe ont été tels qu’il a fallu pas moins de six coalitions pour venir à bout de celui que ses ennemis appelaient, avec une peur non feinte, et, faut-il le dire, un brin de méchanceté, « L’ogre  corse» ou le « diable botté »…

La geste napoléonienne est certes une aventure guerrière, et les chocs, ne nous cachons pas, furent rugueux, mais ce sont aussi un idéal et des contributions - le Code civil, les lycées entre autres et même la numérotation des rues – et si le mot a mauvaise presse, il n’est pas interdit de parler aussi de fascination.

Jusque dans sa captivité, lui, le premier confiné de l’Histoire (!), sur un caillou perdu dans l’Atlantique, subissant les contrôles vétilleux de la Perfide Albion, Napoléon, ange et démon, a construit sa légende.

A l’occasion du bicentenaire de sa mort, les médiathèques de Choisy-le-Roi invitent ses lecteurs à (re)découvrir la trajectoire d’un personnage hors-normes de l’Histoire de France, adulé et détesté à la fois, grâce à une sélection de documents, tant historiques que littéraires.    

 OPAC Sélection de notices